Le financement participatif : qu’en est-il de la réglementation ?

Avec l’explosion des activités basées sur les technologies en ligne, il arrive souvent que la réglementation soit en retard, c’est aussi le cas du financement participatif ; plus connu sous le nom de crowdfunding. Les conséquences sont nombreuses et parfois graves, allant des risques de fraude, de blanchiment d’argent, aux risques systémiques, qui non seulement sapent son grand avantage d’être un puissant moyen d’inclusion sociale, mais condamnent également l’écosystème à ne pas se consolider et à ne pas croître, ou pire, à se déformer.

Quels sont les risques liés au crowdfunding ?

Dans le même temps, le crowdfunding est apparu il y a quelques années seulement, dans un contexte de crise et de complexité des solutions de financement conventionnelles, qui a accentué l’exclusion de divers segments d’utilisateurs tels que les petites entreprises, les femmes, les jeunes et les start-ups. Cependant, sa croissance a été explosive dans le monde entier, et on estime que la collecte de fonds par ce mécanisme a augmenté de plus de 1 000 % au cours des quatre dernières années.

Le crowdlending est une alternative au crowdfunding est par lequel un crédit peut être accordé, à condition de rembourser le montant prêté et les intérêts aux investisseurs. Le crowdfunding, d’autre part, consiste à financer un projet productif en échange d’une participation au capital. De cette façon, les masses canalisent de petites sommes d’argent, dans un grand volume, vers des causes, des projets, des prêts, des entreprises, etc. à travers une plateforme Internet. Les rendements sont généralement plus élevés que ceux habituellement obtenus par les moyens financiers traditionnels, pour une efficacité dans les coûts de transaction ne nécessitant pas beaucoup d’infrastructure physique ou de capital humain.

En réalité, les coûts d’exploitation sont réduits non seulement par ces éléments mentionnés, mais aussi parce que le contact est direct entre les parties (investisseur et porteurs de projets), ce qui réduit le coût de la recherche dans un contexte de concurrence de masse. Ces économies permettent au crowdfunding d’accorder plus facilement des rendements plus élevés aux investisseurs, mais aussi d’offrir des coûts de financement plus bas aux projets productifs.

Vaut mieux prévenir pour limiter les risques

Toutefois, les avantages de ce nouveau mode de financement pour contribuer en tant que forme alternative d’investissement inclusif et compétitif, en générant une concurrence entre les institutions financières et en les incitant à plus d’innovation et d’efficacité, ce qui se traduit par une croissance économique et une protection sociale accrues, peuvent être contrecarrés par une réglementation insuffisante ou absente.

Si vous évaluez l’expérience internationale, la réglementation n’est pas homogène, mais elle existe et le crowdfunding se développe. Sans réglementation, il sera difficile de punir économiquement la partie du financement qui agit frauduleusement, notamment en raison de l’anonymat que l’Internet implique. En outre, cela peut avoir un effet dissuasif sur le crowdfunding à long terme. De même, si des règles du jeu équitables ne sont pas établies par rapport à d’autres entités financières qui, au contraire, il existe un déséquilibre sur le marché.

D’un autre côté, s’il y a un excès de réglementation dans le crowdfunding, alors ce canal de financement finira par se noyer. C’est une bonne nouvelle de savoir que l’exécutif travaille sur des initiatives qui englobe les questions de technologie et qui réglementera les entreprises du secteur, car les risques de ne pas avoir de réglementation dans ce domaine sont encore très élevés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *